Statue de panthère d’Auguste Trémont

panther1La statuette en terre cuite représentant une panthère, gravée des mots « 25e anniversaire des Cahiers luxembourgeois », a été réalisée par Auguste Trémont en 1953 pour la « Promenade automobile, littéraire, artistique et scientifique de la revue culturelle Les Cahiers luxembourgeois fêtant leur 25e anniversaire ».

Il s’agissait d’une compétition automobile à travers le pays le 27 septembre 1953, ayant pour but de « découvrir la beauté des sites naturels et explorer les richesses littéraires, artistiques et scientifiques de notre pays du Luxembourg. » Elle n’était accessible qu’aux abonnés des Cahiers luxembourgeois et l’itinéraire était axé sur deux tronçons :

  1. Départ à Luxembourg (9h01) via Differdange, Esch, Dudelange, Remich jusqu’à Echternach (11h55) 

  2. Départ d’Echternach (13h30) via Beaufort, Clervaux, Wiltz, Ettelbruck et retour à Luxembourg (vers 17h00) (alternative lors de mauvais temps : Echternach-Ettelbruck, Kopstal-Luxembourg) 

Deux « conducteurs-concurrents » étaient admis par voiture. Ils devaient passer tous les points de contrôle et faire estampiller le carnet de bord qui leur avait été remis au départ. Des pénalisations étaient prévues pour des retards ou des fautes de parcours. À des endroits stratégiques, les « Colles des Cahiers  » étaient posées aux participants ; elles consistaient en la réponse à des «  questions sur l’histoire des Cahiers, sur la vie littéraire, artistique et scientifique du pays ». Des mauvaises réponses valaient également des points en moins. La remise des prix (dont la statuette de Trémont) a eu lieu à l’Hôtel de Ville de Luxembourg le soir même.

La statue a intégré les collections du CNL suite à un don de la part de Monsieur Fernand Bosseler, dont la famille Bosseler-Diderich détenait l’Hôtel du Grand-Chef à Mondorf. Lors d’un banquet à l’occasion de la commémoration des 25 ans des Cahiers luxembourgeois, la statue a été remise en guise de remerciement à Valentine Bosseler-Diderich, une connaissance d’Auguste Trémont.

Auguste Trémont (1892-1980), dessinateur et sculpteur animalier luxembourgeois par excellence, a longtemps vécu à Paris et faisait partie du groupe de « fauvistes  » luxembourgeois autour de Joseph Kutter, Jean Schaack, Harry Rabinger, Nico Klopp et Claus Cito. Dans les années 1950, il se retrouvait souvent chez Raymon et Mady Mehlen ce qui s’explique par le lien de parenté avec le père de Raymond Mehlen, Auguste Aloyse Mehlen, dont Trémont était un cousin. Une amitié persistante, ainsi qu’un respect mutuel par rapport au talent de chacun, caractérisaient la relation entre Auguste Trémont et Raymon Mehlen.

L’œuvre de Trémont est omniprésente au Luxembourg. Pensez seulement aux deux lions majestueux gardant les portes de l’Hôtel de Ville à Luxembourg-Ville, au triptyque du Casino de Dudelange représentant des métallurgistes, ou encore aux livres illustrés par ses soins, le « Renert » de Michel Rodange, « Les seuils noirs » de Paul Palgen ou « Tier und Mensch » de Marie-Henriette Steil. Des témoins de son art se trouvent également à Bruxelles, Anvers, Nancy, Venise et naturellement à Paris.

Daphné Boehles

panther2

  • Mis à jour le 01-08-2014